Gariwo
https://en.gariwo.net/texts-and-contexts/rwandan-genocide/16th-anniversary-of-the-rwandan-genocide-6648.html
Gariwo

16th anniversary of the Rwandan genocide

presentation of the Peace Nobel Prize nominations

Over a hundred days from 6th April to 16th July 1994 nearly a million Tutsis and the moderate Hutus were hacked to death with machetes in the world's general indifference. The Italian association Bene Rwanda takes part into the commemoration by inviting rescuer Pierantonio Costa and survivor Yolande Mukagasana to a ceremony in Rome where they will also nominate the Rwanda Righteous for the Peace Nobel Prize. A special event will be held by the UN in New York and Geneva on 7th and 8th April.



in cooperation with the Permanent Mission of Rwanda to the United Nations
on 7th April in New York:
from 5-7 p.m. a candle-lighting commemoration accompanied with music played by young Rwandan bands. Remarks by Deputy Secretary-General Asha-Rose Migiro, the Permanent Representative of the Republic of Rwanda to the UN, H.E. Eugène-Richard Gasana, the Permanent Representative of the United States of America to the UN, H.E. Susan E. Rice, the Special Adviser on the Prevention of Genocide Francis Deng, the Special Adviser on the Responsibility to Protect Edward Luck, and Rwanda genocide survivor Jacqueline Murekatete.

from 6-7.30 p.m screening of the documentary As we forgive, a movie about reconciliation in post-genocide Rwanda, followed by a discussion with the film's director, Laura Waters Hinson and genocide survivor Yvette Rugasaguhunga.

on 8th April a videoconference on "Rebuilding After Genocide: Justice, Reconciliation and Reintegration” will connect American and Mexican students with representatives from the International Criminal Tribunal for Rwanda, the National Unity and Reconciliation Commission and the National Service of Gacaca Courts in Rwanda and a Rwandan genocide survivor.

In Geneva on 7th April The Director-General of the United Nations Office at Geneva, Sergei A. Ordzhonikidze, will deliver opening remarks, followed statements from H.E. Ms. Venetia Sebudandi, Ambassador and Permanent Representative of Rwanda to the United Nations Office at Geneva, Ms. Navenethem Pillay, United Nations High Commissioner for Human Rights, and others, including the testimony of a survivor.

Information centres around the world will be holding commemorative events including ceremonies, film screenings and panel discussions in Accra, Antananarivo, Bogota, Brazzaville, Buenos Aires, Canberra, Dar es Salaam, Lusaka, Mexico, Nairobi, New Delhi, Ouagadougou and Rabat.



Yolande Mukagasana addressed a letter to French Minister of Foreign Affairs Mr. Bernard Kouchner in which she demands recognition of the genocide in order to allow reconciliation between France and Rwanda. In her letter she states: "The psychological reconstruction of victims first of all depends on the recognition of what they underwent. Such a recognition has been rejected by France. France has never recognized us as sufferers. Today we (...)expect (...) the recognition of genocide first of all".

Sender Yolande Mukagasana, Belgium; Recipient Mr. Bernard Kouchner, Minister of Foreign Affairs
Monsieur Bernard Kouchner

Objet: La Réconciliation France-Rwanda


Monsieur Le Ministre,

Laissez-moi vous souhaiter d’abord une bonne et heureuse année 2010, basée surtout sur la réconciliation entre nos deux pays, la France et le Rwanda.

Monsieur le Ministre, je n’ai jamais douté de votre humanité. C’est la raison pour laquelle je ne cesserais pas de vous écrire lorsque je sentirai le besoin de vous parler. Pour mémoire, je suis rescapée du génocide des Tutsi du Rwanda, qui a emporté la totalité de ma famille, mais en particulier mon mari et tous mes enfants. Le gouvernement français de l’époque porte une lourde responsabilité dans mon histoire dramatique comme celle de multiples rescapés. Et je sais que vous le savez comme vous savez que nous le savons.

Monsieur le Ministre, laissez-moi vous féliciter d’avoir pu débloquer la situation diplomatique tendue entre la France et le Rwanda, peu importe la façon, car l’essentiel est que la France et le Rwanda puissent se parler. Mais je suis heureuse de tout ce que vous avez réalisé et que votre effort aboutisse. J’espère que la France vient dans la sincérité et non avec cette espèce de mépris qui a caractérisé la France politique de penser qu’elle est capable de manipuler les Africains pour arriver à ses fins.

Monsieur le Ministre, la raison principale de mon courrier n’est pas du tout politique car je ne suis pas politique. Je ne fais que partie de cette société civile qui a souffert et qui souffre encore du génocide. Ce génocide dont la France a toujours soutenu les coupables aussi bien Rwandais que Français. Si je vous écris ce courrier, il s’agit de vous mettre en garde pour ce qui concerne le génocide des Tutsi. Ce n’est pas parce que mon pays, le Rwanda s’ouvre au dialogue avec la France qu’on a effacé le génocide et surtout les responsabilités françaises dans ce génocide. Pas du tout. Je vous rappelle Monsieur le Ministre qu’un génocide est un crime imprescriptible.

Comme dans mon courrier précédent, je vous répète que vous êtes médecin, Monsieur le Ministre. Vous savez que la reconstruction psychologique des victimes passe d'abord par la reconnaissance de ce qu'elles ont subi. Cette reconnaissance, la France nous l'a refusée. Aucune fois, la France ne nous a reconnus comme souffrants. Aujourd’hui si la France revient au Rwanda, nous attendons de la part de la France, la reconnaissance de notre génocide d’abord.

Laissez-moi vous féliciter encore, Monsieur le Ministre de ce que vous proposez, vous et le Ministre de la Justice, Madame Michèle Alliot-Marie, la création d'un pôle "génocides et crimes contre l'humanité" au TGI de Paris. Mais, Monsieur le Ministre, vous savez plus que quiconque que cela n’est pas possible, à moins que la France change ses lois! Vous savez que la France ne s’est jamais dotée de la loi de la compétence universelle pour juger les génocides. Vous savez qu’en France des lois spécifiques ont été votées pour les crimes de guerre qui concernent le Rwanda et le Kosovo. Cela veut dire que la compétence universelle n’est applicable en France que pour les crimes de guerre concernant ces deux pays. La France l’a peut-être fait dans l’espoir d’arrêter ceux qui ont été inculpés par votre juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière pour avoir soit disant commis l’attentat contre l’avion du Président Habyarimana. Aussi longtemps que les choses sont comme elle sont en France, et c’est inacceptable et vous torturerez encore une fois les rescapés du génocide des Tutsi.

Wenceslas Munyeshyaka et beaucoup d’autres contre lesquels nous avons porté plainte vivent une impunité sans égal en France. Le docteur Rwamucyo qui vit maintenant en Belgique, ne travaillait-il pas en France, alors qu’il figure sur la liste d’Interpol? Et Beaucoup, beaucoup d’autres, Monsieur le Ministre. Comment allez-vous faire? Donnez-nous des explications. C’est toujours bien d’avoir les intentions, mais des intentions et de bonnes paroles ne suffisent plus. Nous attendons des actes concrets, Monsieur le Ministre.

Nous, les rescapés du génocide, nous souhaitons que vont intentions se transforment en actions. Nous attendons réparation, Monsieur le Ministre. Quant à l’aide de la France, si l’intention y était, elle se serait manifestée depuis déjà quinze ans. Nous avons besoin de voir nos droits respectés et entre autres, le droit à la justice et la réparation qui s’en suivrait. Le peuple français a besoin de la vérité sur les responsabilités de leurs politiques et militaires pendant la période de 1990 à 1994.

Pour terminer, Monsieur le Ministre, je vous félicite encore une fois d’avoir débloqué la situation diplomatique entre la France et le Rwanda. Il vous reste de débloquer la situation politico juridique entre le Rwanda et la France. Mais encore une fois je vous fais confiance car tout ne peut pas se faire en même temps. Vos enfants et les générations humaines vous remercieront.

Dans l'espoir que jamais vous ne trahirez notre confiance, je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes remerciements anticipés.

Signé Yolande Mukagasana
Rescapée du génocide des Tutsi
Ecrivain



THE PEACE NOBEL PRIZE TO THE RWANDA RIGHTEOUS

The event of 10th April in Rome will offer the opportunity to nominate the Righteous of Rwanda who risked their lives to defend humanity and justice during genocide for the Peace Nobel Prize.

Pierantonio Costa, Italian honorary consul in Kigaly during the genocide rescued almost 2,000 Tutsis.

Yolande Mukagasana, Tutsi nurse whose entire family, including her three children and her husband, was hacked to death with machetes. As rescued by a Hutu woman, Jacqueline Mukansonera, Yolande started a restless campaign to put the Rwandan genocide before the world's attention.

Zura Karuhimbi, Hutu peasant who is 84 nowadays and was about 70 when genocide occurred. With great intelligence and courage she saved nearly 100 lives of Tutsi refugees.

Analysis from the NY Times:10 years after genocide, Rwanda continues forward

Ban-Ki-Moon pays tribute to the victims

16 March 2010

Don’t miss the story of the Righteous and the memory of Good

Once a month you will receive articles and events selected by Gariwo Editorial Board. Please fill out the field below and click on subscribe.




Grazie per aver dato la tua adesione!

Related content